AWS RE:invent 2016 : jour 1


Osones vous propose de vivre l'AWS Re:Invent, la Keynote annuelle d'Amazon Web Services, comme si vous y étiez ! Au programme :



Première journée : on s'installe

Le lundi se termine tranquillement ici à Las Vegas, où se déroule le Re:Invent 2016, la keynote annuelle d’Amazon Web Services. C’est donc par la magie du décalage horaire que cet article apparaît mardi matin dans nos contrées françaises.



En tant que partenaire en pointe sur les technologies AWS, nous sommes bien entendu présents pour une deuxième année consécutive. Et nous restons fidèles à notre réputation : avec plus d’une centaine d’articles publiés en 2 ans, Osones est aujourd’hui la première source d’info en Français sur Amazon Web Services, avec un avis indépendant - parfois irrévérencieux - au sujet d’une technologie dont la complexité et l’importance croît de jour en jour.



Le lundi est toujours particulier, les Américains profitant généralement de cette journée pour voyager sans trop entamer leur weekend. C’est donc un programme plus soft, laissant davantage de place aux ateliers : certification (Osones compte un nouveau certifié), hackaton, skill contest autour d’Alexa. Alexa avec qui les participants pourront désormais échanger via le « echo dot » offert au check-in. Histoire de lancer de grandes conversations métaphysiques, bien connues des fans de Mr Robot



La deuxième grande particularité de cette première journée est la forte représentativité des éditeurs de jeux vidéo : Sony qui utilise les ELB et DynamoDB pour optimiser son réseau Playstation, Riot Game (League of Legends bien sûr) qui utilise Docker via ECS pour ses déploiements, ou EA qui utilise Amazon RedShift pour analyser le comportement des joueurs.

Cette dernière conférence d’Electronic Arts était un retour d'expérience sur la sortie du jeu Starwars Battlefront, et l’optimisation d’Amazon Web Services permettant de remonter des métriques propres au comportement des joueurs. Ces métriques servent ensuite à équilibrer le multi-joueurs : détection de la triche chez certains joueurs sur PC, adapter l’IA et la difficulté des maps en fonction de la progression dans le jeu, changer les succès etc.



Étant donné le volume de données à traiter, la solution de DataWarehouse d’AWS Amazon RedShift semblait bien adaptée. Cependant, tirer pleinement profit des capacités de ce service implique de nombreux tâtonnements afin d’optimiser les performances et les coûts.

Cette conférence a été très technique : rappel sur le concept de time series database, meilleure façon de stocker ces time series dans RedShift, point sur les performances sur le long terme : par définition, une time series database croît avec le temps, et chez EA, plus le temps passait, plus leurs requêtes SQL sur RedShift prenaient du temps. Ce qui évidemment pose de gros soucis. Un expert PostgreSQL / RedShit / DataScientist est donc intervenu pour mieux modéliser les données, mieux utiliser les index (sort keys), mieux tirer partie des vaccums, etc.

La conclusion principale qu’Osones en retire est la suivante : AWS aura beau fournir les meilleurs outils, les meilleures machines, le meilleur réseau, lorsque l’on parle base de données, la meilleure source d’optimisation reste la parfaite connaissance de ses données de façon à pouvoir les ré-organiser de façon plus optimale. Et oui, même la meilleur infra ne peut se soustraire à un vrai travail de fond sur l'organisation de ses données !

Voilà, le décor est planté pour cette première journée, on se retrouve ici même dès demain pour la suite qui s'annonce plus riche en confs et nouveautés, et d'ici là sur notre twitter @osones !


La discussion continue !

Nous attendons vos questions, remarques & mots doux sur notre Twitter :