Retour de l’OpenStack Summit Boston : Heat


Au bureau, en déplacement ou sur un transat, l’équipe Osones profite de l’été pour vous proposer des “cahiers de vacances” : des retours concis et illustrés de nos conférences favorites durant l’#OpenStackSummit de Boston.

On continue notre tournée estivale avec un focus sur Heat !

Vous pourrez également retrouver nos focus sur OpenStack-Ansible et Cinder.


Qu’est-ce que Heat ?

Heat est le module d’orchestration d’infrastructure d’OpenStack (Infra as Code). Son intégration officielle dans le projet remonte à la release Havana (fin 2013).

À l’aide de templates au format YAML, Heat permet de créer, mettre à jour et maintenir facilement les ressources qui composent vos infrastructures virtuelles. Ce module a la particularité de fournir à la fois une API REST native OpenStack et une API compatible avec CloudFormation, son alter égo sur Amazon Web Services.


OpenStack Heat Logo


Contactez des Experts OpenStack certifiés !

Heat : project update de l’OpenStack Summit de Boston

La conférence “Project update” sur laquelle repose cet article est présentée par Rico Lin (EasyStack) et Zane Bitter (Red Hat), deux développeurs du projet Heat.

De la release Newton au premier jalon (Pike-1) de la release Pike (la release actuellement en cours de développement), 18 nouveaux types de ressources ont fait leur apparition dans Heat. Ces nouveaux types de ressources appartiennent aux composants Monasca, Zaqar, Sahara et Magnum.


OpenStack Heat Pike

Rico et Zane nous énumèrent ensuite quelques éléments de la roadmap court terme de Heat, en fait celle de la release Pike : - support de la version 3.5 du langage Python - support de nouvelles ressources Neutron : "segment" et "vlan trunk port" - améliorations techniques : architecture interne simplifiée, consommation mémoire réduite, fiabilité des grandes stacks meilleure - deux nouvelles fonctions intrinsèques : make_url et list_concat_unique


OpenStack Heat Pike Roadmap

Enfin, la conférence est revenue sur la notion d’ "auto-healing", plus communément appelée "auto-scaling". Il s'agit en fait de la capacité d'une infrastructure contrôlée par Heat à s'auto-réparer et/ou s'auto-adapter. Le cas classique est la ré-instanciation automatique d'un serveur virtuel tombé brutalement en panne pour satisfaire un seuil minimal fixé. Ce service ne peut être obtenu qu’en combinant (et donc en installant) avec Heat les services compute (Nova), telemetry (Ceilometer), messaging (Zaqar) et task workflow (Mistral).


OpenStack AutoHealing

Enfin, et c'est habituel et naturel dans la communauté OpenStack, Rico et Zane lancent un appel à contributions et nous rappellent l'importance des blueprints, des remontées de bugs, des soumissions de patches et des revues de spécifications pour obtenir un service Heat performant et adapté aux besoins.

Vous pouvez retrouvez la conférence dont sont tirées ces informations sur Youtube :


Aller plus loin avec Heat

Notons pour finir que la page wiki du projet Heat est ici https://wiki.openstack.org/wiki/Heat et que le meeting hebdomadaire se tient sur le canal #openstack-meeting-5, chaque mercredi, à 15h00 UTC.

La commande "$ openstack orchestration resource type list" permet d'obtenir la liste des types supportés par le service Heat courant.

Un exemple de template Heat pour mettre en œuvre l'auto-healing est disponible ici : https://git.openstack.org/cgit/openstack/heat-templates/tree/hot/autohealing


RDV la semaine prochaine pour un nouvel article de notre série estivale sur l'OpenStack Summit de Boston, et d'ici là sur Twitter !

Vous pourrez également retrouver nos focus sur OpenStack-Ansible et Cinder.

La discussion continue !

Nous attendons vos questions, remarques & mots doux sur notre Twitter :